10 conseils pour organiser un road-trip en Norvège sans exploser son budget


La Norvège est un pays magnifique, avec ses fjords, ses montagnes, ses étendues à perte de vue et sa nature omniprésente… Mais le coût du voyage représente souvent un obstacle important à la découverte de ce pays. En effet, la Norvège est l’un des pays les plus chers au monde, et lorsqu’on entreprend de s’y aventurer plusieurs semaines, il faut prévoir un budget relativement conséquent. Les prix des hôtels, de la nourriture, des transports et des activités sont exhorbitants : ils peuvent souvent même dépasser ceux pratiqués dans les grandes capitales européennes. Mais ce n’est pas une fatalité. Après mon voyage dans les fjords de Norvège en août dernier avec mon amie Maïlys (vous la verrez sur les photos !), j’ai réfléchi à dix conseils qui vous permettront de réduire significativement vos dépenses dans ce beau pays, et pouvoir profiter au mieux de votre voyage sans exploser votre budget !

N’hésitez pas à suivre ma page Facebook et mon compte Instagram pour être tenus informé de mes prochains articles sur la Norvège (randonnées, conseils, itinéraires,…) et autres pays !

1. Réservez à l’avance vols et location de voiture

 

Prenez vous-y à l’avance pour réserver vos vols et votre location de voiture, surtout si vous partez pendant la haute saison. En nous y prenant bien à l’avance (2-3 mois) notre vol A/R Paris-Bergen (avec une escale d’une heure à Oslo) nous a coûté environ 250 € par personne et nous sommes parties autour de mi-aout. La location du véhicule nous est revenue à environ 500 € à deux pour 10 jours. Si l’on s’y prend au dernier moment les prix – qui sont déjà très chers – peuvent facilement doubler. Dès que vous êtes sûrs de partir, réservez votre vol en recherchant le meilleur prix via un comparateur comme Liligo ou Skyscanner et réservez dans la foulée votre location de voiture également grâce à un comparateur. Nous sommes passées par Sixt, le moins cher à nos dates, et nous avons pu récupérer la voiture à l’aéroport.

Bon à savoir : 

 

Les ressortissants de l’espace Schengen (comme les Français) n’ont pas besoin d’un passeport ou d’un visa touristique pour un voyage en Norvège de moins de 90 jours : une pièce d’identité de l’Union Européenne en cours de validité suffit.

Avion
IMG_9108 (1)

2. Privilégiez un voyage hors saison 

 

Si vous souhaitez économiser de l’argent, évitez dans la mesure du possible de partir de mi-juillet à mi-août car même si c’est la période pour laquelle vous maximisez vos chances d’avoir le meilleur temps, c’est aussi la période où il y a le plus de touristes (risque de campings complets, plus de monde sur les sentiers de randonnée…) et par conséquence les prix explosent. Nous sommes parties à partir du 15 aout, en raison de contraintes liées à mon travail. Cependant, selon moi, les mois à privilégier sont le mois de juin et le mois de septembre : le temps est agréable, les touristes ne sont pas encore arrivés ou sont déjà partis et les prix sont plus attractifs. Je pense que le top du top c’est tout de même le mois de juin avec le soleil qui se couche à 22h30-23h (en septembre, le soleil se couche à 20h30) ce qui permet de profiter pleinement des journées et des paysages.

Bon à savoir :

 

Lever du soleil – Coucher du soleil (longueur du jour) :
1er janvier : 9h45 – 15h38 (5h53)
1er février : 8h56 – 16h48 (7h51)

1er mars : 7h37 – 18h05 (10h27)
1er avril : 7h03 – 20h23 (13h19)
1er mai : 5h34 – 21h38 (16h03)
1er juin : 4h24 – 22h49 (18h24)
1er juillet : 4h18 – 23H06 (18h47)
1er aout : 5h19 – 22h09 (16h50)
1er septembre : 6h34 – 20h40 (14h06)
1er octobre : 7h46 – 19h08 (11h22)
1er novembre: 8H04 – 16H39 (8H34)
1er décembre : 9h18 – 15h37 (6h18)

 

Les températures entre juin et septembre oscillent entre 11 et 19 degrés. En mai et octobre, la température moyenne est de 9 degrés. Le reste de l’année, elle est de 5 degrés, avec des mois plus particulièrement pluvieux (novembre, décembre, janvier).

 

Il n’y a pas de décalage horaire entre la France et la Norvège.

retour-clairexplore

(photo prise aux alentours de 21h30)

3. Ramenez de la nourriture de votre pays d’origine

 

Nous avons acheté des produits alimentaires dans une grande surface en France et les avons mis dans la valise : amandes, barres de céréales, dosettes de café, conserves de thon, pesto, pochons de riz assaisonné, céréales, soupes miso, chips de banane… Honnêtement c’est la première fois que je fais ça, surtout en voyageant en avion, mais en entendant les retours de proches qui avaient voyagé en Norvège et qui m’avaient raconté le coût hallucinant des produits en supermarchés, je me suis dis que cela pouvait être une bonne façon d’économiser de l’argent (et du temps une fois sur place). Nous ne l’avons vraiment pas regretté ! Les prix étaient du simple au double. Niveau bagages, on avait chacune un gros sac à dos avec nos affaires personnelles et un gros sac en soute avec tout le matériel de camping (tente, matelas, sacs de couchage) auquel nous avons rajouté la nourriture.

A titre d’exemple un gros paquet de chips coûte 6 euros. En voyant le prix d’un pack de 6 bières (1664 blanche) à 3,5 € on s’est dit que ça allait, jusqu’à comprendre sur le ticket de caisse que c’était le prix de la bière (25 cl) à l’unité : le pack de 6 bières revenait à 21 € !! Ne vous faites pas surprendre… Bon on avait tellement envie d’une bière fraîche que nous ne sommes pas allées les rendre, mais croyez moi, on n’a jamais autant savouré une bière de supermarché !! En règle générale, l’alcool est très cher en Norvège. Nous avions également ramené une bouteille de vin de France pour se faire un repas sympa et ce fut une très bonne idée vu le prix (6 à 7 fois plus cher) et l’inaccessibilité de l’alcool là bas (magasins spécialisés). Pour les amateurs de pastis, cela peut être une bonne idée d’en ramener dans une bouteille en plastique ou une gourde car le rapport poids/quantité de verres possibles est optimisé vu que cette boisson se boit diluée dans l’eau. Bon, je rappelle bien sûr que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé 😉 Mais là-bas difficile d’en abuser de toute façon !

IMG_5231 IMG_4824

Une fois en Norvège privilégiez les produits régionaux, restant souvent très abordables sur place et souvent hors de prix en France, comme par exemple le saumon (4 pavés pour 6 €), les cinnamon rolls maisons (2 €), les myrtilles (grosse barquette à 2 €) ou le fromage de chèvre local (3 €). A savoir que le poisson acheté sur place est très souvent surgelé, les norvégiens ne vendent que très peu de poissons frais (ce n’est pas un gage de mauvaise qualité, au contraire). Les barbecues jetables sont très populaires et beaucoup plus abordables qu’en France (quelques euros) et ils permettent de cuire son saumon et ses légumes lorsqu’il n’y pas de barbecue à disposition (en camping sauvage par exemple, ou lorsqu’on n’a pas le matériel nécessaire pour utiliser les gros barbecues de camping), même si je reconnais, qu’écologiquement, ce n’est vraiment pas top.

IMG_0378
IMG_3164

Les bars et restaurants sont très chers et sont rares en dehors des grandes villes. Je vous conseille donc de faire vos repas vous-même lorsque vous logez en tente ou en hytte (cabanes locales), et honnêtement c’est d’autant plus agréable pour profiter pleinement de la nature ! Lorsque nous étions dans des grandes villes (comme Bergen ou Stavanger) et que nous dormions dans un AirBnB nous en avons profité pour goûter les spécialités locales dans les restaurants typiques les plus abordables (20 € – 25 € le plat), mais il aurait été aussi possible d’utiliser la cuisine de la maison pour faire des économies.

Bière dans la rue Øvre Holmegate à Stavanger

Bière dans la rue Øvre Holmegate à Stavanger

Spécialités locales (élan et purée de poisson)

Spécialités locales (élan et purée de poisson)

Pause Ginger Beer dans un bar de Bergen

Pause Ginger Beer dans un bar de Bergen

En moyenne, les prix sont 40% plus élevés qu’en France. Quelques exemples relevés pour vous donner une idée du coût de la vie en Norvège en dehors de la capitale (j’ai voyagé à Oslo il y a quelques années, c’est encore plus cher) :

Prix types (10 NOK = env. 1 €) :

 

Bière (pinte dans un bar ou restaurant) : 89 NOK (9 €)

Bière (33 cl dans un supermarché) : 35 NOK (3,5 €)

Plat du jour dans un restaurant (gamme moyenne) : 170-200 NOK (17  € – 20 €)

Menu dans un restaurant (gamme moyenne) : 35 €

Ferry (courte traversée qui remplace un pont) : 130 NOK (13 €)

Emplacement de tente dans un camping pour la nuit : 250 NOK (25 €)

Plein d’essence : 700 NOK (70 €)

Gros paquet de chips dans un supermarché : 60 NOK (6 €)

Douche au camping : 10 NOK / 5 mns (1 €)

Pavés de saumon x4 en supermarché : 60 NOK (6 €)

Café au restaurant : 40 NOK (4 €)

Cinamon roll fraichement préparé : 20 NOK (2 €)

Course de taxi de 20 mns : 446 NOK (45 €)

Nuit d’hôtel (gamme moyenne) : 120 €

Paquet de cigarette : 11 €

4. Ramenez une gourde et buvez l’eau du robinet

 

L’eau du robinet est très bonne. Pensez à ramener des gourdes et à les remplir lorsque vous voyez un point d’eau (dans les campings, dans les stations services, en début de randonnée). Nous avons également acheté une grosse bouteille d’eau de 5L que nous laissions dans le coffre de la voiture pour remplir notre gourde ou nos bouteilles d’eau vides si besoin (les températures fraiches de la nuit permettaient de garder l’eau au frais).

IMG_9544
IMG_5617

5. Evitez les frais bancaires

 

Nous n’avons pas eu besoin de retirer de l’argent de tout le voyage ; nous n’avons pas eu une seule fois la monnaie locale, la couronne (NOK), en main. C’est vraiment une première à l’étranger. Pour absolument toutes les transactions, il est possible de payer par carte, ce qui facilite amplement les choses. La Norvège tend vers un pays à monnaie totalement dématérialisée.

Ainsi, pour éviter les frais bancaires à chaque paiement, je vous conseille vivement d’activer l’option internationale si votre banque vous le permet à moindre coût. Le mieux reste encore d’utiliser une carte comme la carte Ultim de Boursorama : l’ouverture de compte est gratuite et les retraits et paiements à l’étranger sont gratuits et illimités. J’ai ouvert un compte il y a deux ans et depuis, dès que je voyage, j’utilise cette carte. Je n’ai jamais eu de frais bancaire. D’ailleurs, si vous voulez ouvrir un compte Boursorama, vous pouvez utiliser mon lien parrain (valable jusqu’au 15 avril 2020) afin de recevoir 80 € à l’ouverture du compte (j’avais moi même été parrainée et c’est toujours ça d’économisé sur votre prochain voyage !).

 

Les seules fois où nous aurions aimé avoir de la monnaie ont été sur les bords de petites routes. En effet, les norvégiens proposent des fruits du jardin, des produits de la ferme ou des cinnamon rolls fraichement préparés en libre service dans des petites cabanes devant chez eux.

Sur la base de la confiance, on se sert et on laisse l’argent dans une tirelire. Génial non ? Et dématérialisation oblige, il est quand même souvent possible de payer via une application (un peu comme Lydia) grâce à un numéro affiché sur la cabane.

6. Privilégiez les hébergements bon marché

 

Le must pour économiser de l’argent reste le camping sauvage ! La Norvège est l’un des derniers pays à autoriser le camping sauvage, à condition de respecter certaines règles, comme par exemple l’obligation de camper à plus de 150 mètres d’une maison, d’un chalet, ou d’autres propriétés habitées.

 

Je t’invite à lire mon article sur la randonnée du Trolltunga et notre nuit en camping sauvage à quelques mètres de cette formation rocheuse !

Le camping sauvage, c’est vivre la Norvège dans toute sa splendeur, c’est un must-do dans ce pays pour vivre l’expérience norvégienne à son maximum ! Mais, comme nous l’avons fait, je vous conseille d’alterner camping sauvage et “vrai” camping pour pouvoir bénéficier des infrastructures (éviers pour faire la vaisselle, douches, toilettes, tables de pique-nique, cuisine et salle à manger couvertes en cas de mauvais temps etc.) de temps en temps !

 

A noter qu’il doit cependant être possible de prendre des douches dans les campings aux alentours car elles sont de toute façon payantes même pour les personnes ayant un emplacement de tente. Il faut insérer à l’entrée de la douche une pièce de 10 NOK soit 1 € (possibilité de payer par carte à la réception en échange de jetons si vous n’avez pas de NOK) pour 5 minutes d’eau chaude. Dans les stations services, il y a également le même système de douches (les sanitaires se trouvent souvent à l’extérieur de la station service un peu comme dans les campings).

Mis à part le camping sauvage, l’option la plus économique reste de dormir dans les campings. Ils sont très nombreux en Norvège et offrent plusieurs possibilités d’hébergements.

tente
Snapseed 23
  • La première possibilité est de dormir en tente (ou en camping-car). L’emplacement de tente coûte en moyenne entre 20 et 25 € par tente et c’est l’option que nous avons principalement privilégiée, ce qui nous revenait à une dizaine d’euros la nuit par personne. Nous n’avons jamais réservé et il y avait toujours de la place pour une petite tente pour deux. Pour prévoir votre itinéraire voilà un site qui recense tous les campings de Norvège.  Pensez à prendre des tongs / sandales pour les sanitaires des campings.

  • Deuxième possibilité : dans les campings, il est aussi possible de loger dans des hytte (prononcer “hu-te”), qui sont aux Norvégiens ce que la cabane est aux Canadiens (et aux Français le bungalow?). Ce sont des petites maisonnettes assez typiques, souvent en bois. La plupart du temps, il y a différents niveaux de confort et de taille. La plus basique se compose d’une pièce avec 2 lits, une table, des chaises, une plaque électrique, un frigo, et le chauffage. En payant davantage, il est possible d’avoir une hytte avec l’eau courante ou des pièces supplémentaires (douches, toilettes). Amenez vos draps (ou sacs de couchages) et vos serviettes pour éviter de les louer (c’est cher) dans chaque camping. Les oreillers et couvertures sont en principe compris dans la location. Il faut compter entre 500 NOK (50 €) et 1800 NOK (180 €) la nuit. Pour notre part, nous n’avons pas testé et avons préféré économiser de l’argent en dormant en tente. Nous avions prévu, si il avait fait très froid, de prendre une hytte pour une nuit mais ce ne fut pas le cas !

Une autre solution est de dormir chez l’habitant. Nous avons dormi en tente durant tout le voyage à l’exception des deux dernières nuits passées dans les grandes villes de Stavanger et de Bergen. Nous avons loué une chambre chez l’habitant à Stavanger en passant par la plateforme Airbnb et en avons eu pour 60 € (très basique, sanitaires communs et cuisine commune). Les hôtels sont souvent très chers (entre 100 et 200 € la nuit dans un hôtel très classique). A Bergen il y a plus de choix et nous avons trouvé un hôtel (City Box Hotel) en nous y prenant à l’avance pour 95 €. Les chambres étaient classiques mais agréables, et j’ai eu un vrai coup de coeur pour la décoration du bar / restaurant au rez-de-chaussée (photos ci-dessous).

IMG_7014
IMG_7018

Bon à savoir :

 

Les prises de courant sont les mêmes qu’en France.

 

Nous chargions majoritairement notre portable en conduisant, sur le port USB de la voiture. Cependant, un conseil : si vous dormez en camping, pensez à prendre des batteries portables afin de pouvoir avoir une recharge supplémentaire. Dans les campings, nous laissions charger nos batteries portable quelques heures sur les prises communes lors du repas, ce qui nous permettait de charger nos téléphones pendant la nuit sur les batteries portables, et ainsi éviter le stress de laisser son téléphone sans surveillance ou d’avoir la contrainte de rester à proximité de la prise. Egalement, si vous dormez en camping sauvage, cela permet d’avoir une batterie supplémentaire pour la nuit lorsque vous ne disposez pas de courant électrique.

7. Se déplacer intelligemment

La voiture reste pour moi le moyen le plus pratique de voyager en Norvège. Il est bien sur possible d’utiliser les bus, autocars et trains, mais non seulement il vous faudra beaucoup plus de temps pour parcourir un itinéraire équivalent, mais il faudra aussi marcher de longues distances pour pallier les absences de liaisons éventuelles, avec tout le matériel de camping sur le dos ! D’autant que les prix sont particulièrement élevés… Il est également beaucoup plus difficile de s’aventurer hors des sentiers battus qu’avec une voiture.

Le vélo peut être un moyen très sympa de découvrir la Norvège de façon économique mais c’est un autre type de périple !

 

Je vous conseille donc à 200% de louer une voiture. En plus, rouler en Norvège est une véritable expérience : les routes sont sublimes, les paysages sont sauvages, la vue est tout simplement magnifiques et c’est l’occasion de découvrir de petits villages adorables et de rencontrer leurs habitants (pas toujours des humains !)

Snapseed 22 copie IMG_3459

Nous avons donc louer une voiture à l’aéroport de Bergen et l’avons rendue au même endroit. Quelques conseils pour minimiser les frais et se déplacer intelligemment :

 

  • Il est souvent plus avantageux de prendre et rendre la voiture de location au même endroit : il était moins coûteux de la rendre à Bergen et de payer l’emplacement de la voiture sur le ferry Stavanger-Bergen plutôt que de la déposer à Stavanger. Il en est de même pour les vols, il était beaucoup moins cher de faire un AR Paris-Bergen que deux allers simples Paris-Bergen et Stavanger-Paris. Ces différents critères de prix expliquent pourquoi nous avons choisi de retourner à Bergen et ne pas arrêter notre périple à Stavanger.

 

  • Mieux vaut parfois prendre le ferry plutôt que parcourir une plus grande distance en voiture car l’essence et les péages sont particulièrement chers. Ainsi nous avons préféré faire Stavanger-Bergen en ferry avec la voiture plutôt que faire demi-tour, ce qui nous a permis d’économiser une journée de voyage en voiture également. Attention : pensez à réserver vos longues traversées en ferry à l’avance !
IMG_6997
IMG_6358
  • Contrairement à la France, il n’y a pas de bornes de péage avec un arrêt obligatoire où il faut payer, ce sont des structures métalliques avec des caméras et des détecteurs qui s’occupent de la facture. Quelques mètres plus tôt un panneau bleu indique les tarifs. Chaque voiture de location est équipée d’un petit boitier fixé au pare-brise et le solde est ensuite à régler lors de la restitution du véhicule, en fonction des routes que vous avez empruntées (si vous allez en Norvège avec votre propre véhicule, il faut s’enregistrer sur le site Autopass.no). Il faut donc faire attention aux nombreux péages qui alourdissent les frais et les éviter autant que possible si cela ne rallonge pas trop la route :
    • Les tunnels sont payants, et les Norvégiens ne blaguent pas avec les tunnels qui sont souvent longs : plusieurs dizaines de kilomètres avec des ronds-points sous terre (oui des ronds-points, vous avez bien lu !!).
    • Les traversées en ferry sont également payantes (soit via le boitier, soit en CB auprès d’agents qui contrôlent les files de voitures). On paie un tarif par véhicule incluant le conducteur, puis un autre tarif pour chaque passager.
    • Les entrées et sorties dans certaines grandes villes sont payantes, attention donc aux allers-retours inutiles.
IMG_3463 (1) IMG_3468 (1)
  • Les routes sont limitées à 80 km/h partout hors agglomération (sauf si un panneau indique autre chose), mais en règle générale, la vitesse ne dépasse jamais les 110 km/h. Il y a peu d’autoroutes. Il faut faire attention lors des longs trajets à ne pas se laisser tenter d’appuyer sur l’accélérateur car les radars sont très nombreux ! Pensez à mettre le limitateur ou le régulateur de vitesse pour éviter de vous faire prendre.

 

  • L’essence est assez chère, surtout pour un pays aux ressources pétrolières importantes… Le litre est autour d’1,60 €. Le diesel et le GPL sont un peu moins chers. Sinon il y a aussi la possibilité de recharger sa voiture électrique un peu partout ; beaucoup de Norvégiens utilisent ce type de véhicules. Optimisez donc vos trajets pour rouler le moins possible lorsque ce n’est pas nécessaire !

Bon à savoir :

 

Il est possible de conduire avec un permis européen, donc avec le permis français ; pas besoin de permis international ! Cela évite toute la paperasse pour se le procurer.

8. Voyager à plusieurs

 

Quand on y réfléchit, ce qui pèse le plus cher dans le budget, c’est finalement la voiture, l’essence et les parkings. Partir seul en Norvège n’est pas très budget-friendly, alors que partir à plusieurs minimise tous ces frais de transport : on divise le coût de l’essence, de la location de voiture, des parkings pour les randonnées, et même de l’emplacement de la tente ou de la location du Airbnb. Lorsque l’on est deux, on divise déjà tous ces frais par deux, ce qui n’est clairement pas négligeable et permet de réduire significativement le coût total du voyage. Si vous poussez l’idée à l’extrême, 4 voyageurs me parait donc être un nombre idéal pour économiser de l’argent puisque ces frais seront divisés par 4. Cependant avec le matériel de camping, les affaires chaudes, les provisions, le coffre est vite plein, attention donc à prendre une voiture suffisamment spacieuse et confortable (les trajets sont quand même longs) !

Snapseed 7

9. Eviter le hors forfait

 

La plupart des opérateurs permettent aux utilisateurs détenteurs d’un forfait français d’utiliser son téléphone mobile au tarif national ainsi que la 3G et la 4G dans les 28 pays de l’Union européenne (ainsi que la Norvège, l’Islande, la Suisse et le Liechtenstein). Il n’est donc pas nécessaire d’acheter une carte SIM locale pour diminuer les frais.

Des plafonds sont néanmoins fixés par les opérateurs en fonction de votre forfait. Ainsi, dans la mesure du possible, connectez vous aux bornes wifi dès que vous le pouvez (dans les campings, les restaurants ou les hôtels).

 

Je vous conseille de télécharger les plans hors connexion Google Map. C’est quelque chose que je fais à chaque fois que je voyage et qui se révèle très utile (que ce soit pour économiser de la data ou pour utiliser son GPS dans les zones où il n’y a pas de réseau). Cela vous permet de bénéficier des plans et itinéraires d’une zone choisie sans accès à internet, y compris la localisation des points d’intérêt.

 

Télécharger les plans hors connexion sur Google Map : 

 

  1. Ouvrez l’application Google Maps sur votre téléphone ou votre tablette
  2. En haut à gauche, appuyez sur “Menu” puis “Plans hors connexion”
  3. Sélectionnez la zone dans laquelle vous comptez voyager
  4. En haut à droite, appuyez sur “Modifier”
  5. Modifiez le nom du plan, puis appuyez sur Enregistrer

Dans la plupart des véhicules, il y a souvent un GPS, mais je suis personnellement plus à l’aise avec Google Map que je trouve plus intuitif pour calculer rapidement les temps de trajets, établir des itinéraires avec des étapes, suivre la route, etc.

10. Profiter des activités gratuites

 

Le tourisme en Norvège s’articule principalement autour des merveilles de la nature. Profitez-en donc pour réaliser toutes les activités gratuites qu’offrent cette nature, avec en premier lieu la randonnée ! Si vous êtes suffisamment organisés et que vous vous renseignez bien en amont, en lisant mes articles par exemple ;), inutile de réserver un guide ou une excursion payante.

En règle générale, essayez de réserver le moins possible de circuits organisés, et privilégiez les activités à faire en autonomie. Si vous souhaitez par exemple faire du kayak, pas besoin de réserver une excursion en groupe, louez simplement un kayak pour quelques heures. Vous économiserez de l’argent et c’est beaucoup plus sympa de découvrir un lieu par soi-même, plutôt que d’être entouré d’autres voyageurs qui n’ont pas forcément la même cadence ou la même façon de voyager que vous.

IMG_4986
Snapseed 92

Les activités en ville sont très souvent payantes (musées, restaurants, bars, concerts, etc.). C’est aussi pour cette raison que avons choisi de ne passer que deux jours dans les villes de Stavanger et Bergen.

J’espère que ces quelques conseils vous auront permis de vous organiser plus facilement en prévision de votre voyage en Norvège; qu’ils vous permettront de faire des économies une fois sur place et que ces conseils vous auront fait changer d’avis sur le fait que la Norvège ne reste pas qu’une destination réservée aux plus fortunés ! N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions et je me ferai un plaisir d’y répondre dans la mesure du possible.

Si cet article t’a plu, je t’invite à suivre ma page Facebook et mon compte Instagram pour être tenu informé des derniers articles et actualités !

Articles
Similaires
Lire l'article
17/02/2020 - Norvège
Trolltunga, une des plus belles randonnées de Norvège
Mes conseils pour entreprendre l'une des randonnées les plus mythiques de Norvège, et le récit de mon expérience
Lire l'article
07/05/2019 - France - La Réunion
Randonnée de 4 jours à travers les cirques de La Réunion (Première partie : de Salazie à Cilaos via le Piton des Neiges)
Cet itinéraire de 4 jours vous permettra de découvrir les trois cirques de La Réunion ainsi que de faire l'ascension du Piton des Neiges.
Lire l'article
04/06/2019 - France - La Réunion
Faire son baptême d'hélicoptère sur l'île de La Réunion
Je vous raconte mon baptème d'hélicoptère sur la magnifique île de La Réunion et vous donne quelques conseils pour choisir au mieux votre tour !
Voir plus d'articles